Un prototype, c'est étape de quelque chose qui n'existait pas auparavant...

Comment donc construire un fourneau solaire qui serait directement alimenté par le soleil, en concentrant le rayon du soleil?

Après quelques recherches, il existait quand même un début de solution  (oui parce qu’on n’invente jamais rien tout seul, le génie créatif romantique est un leurre!, la créativité est plus dans l’émulation décalée! 🙂

Le concentrateur Scheffler, du nom de son inventeur, qui est relativement simple de conception bien que la réalisation artisanale demande un certain talent, est apparu très vite comme une piste intéressante.

Après la marche qui lui amena la conviction d’entreprendre ce projet, Pierre-André a également visité, le projet Tamera, et en particulier la cuisine du « Solar village Test Field » qui possède l’un de ces miroirs Scheffler. ( il n’y en a qu’une petite dizaine en Europe…)

C’était une visite éclaire pendant le périple et Pierre-André y retournera un peu plus tard « tester » ce fourneau grâce auquel il a cuisiné pendant deux semaines. Résultats : le concentrateur est bien puissant mais le récepteur pas pratique. Une autre visite chez Jean-Philippe Valat dans sa ferme expérimentale de Saint-Paul en Vercors, permit de tester un miroir de 16m2, carrément trop puissant pour le coup, mais ce qui confirme l’intérêt du « Scheffler » pour propulser ce fourneau.

Il prit donc contact avec Wolfgang Scheffler, Heike Hoedt et Adrian Conrad, les 3 associés du projet, qui l’invitèrent quelques jours en Allemagne. On est en novembre 2012. Après s’être rencontré, apprivoisé quelque peu, il est ressorti de nos calculs qu’il serait possible de chauffer une plaque coup de feu avec une de leur parabole, et ça tombe bien, ils en ont une ancienne et abîmée. Le rendez-vous est pris pour le printemps afin de la restaurer et de la ramener en France pour développer le fourneau.

Dix-neuf heures de route entre Aisligen et Marseille, enfin Pont de l’étoile, chez Jérôme Laplane, agriculteur bio et un des tout premiers soutiens du projet!

C’est avec Olivier Nattes, rencontré notamment lors des banquets-spectacles réalisés chez Emmaüs et aussi Géraldine Marx, ferronière d’art, que Pierre-André a dessiné, conçu et enfin fabriqué le fourneau. 

Les premiers tests et performances itinérantes

Sur le chantier de la Nourrice, un jardin forêt comestible et habitable, projet de l’artiste Olivier Nattes. 

27 septembre 2014

Lors de la fête des AMAPs et de la journée citoyenne.

3 octobre 2014

Pendant « Gondwana », la grande fête des plantes du Domaine du Rayol, le jardin des Méditerranées.

25 juin 2015

Lors du passage du tour Alternatiba à Aubagne.

A la Faculté d’Aix-Marseille St-Charles lors des Journées du Patrimoine